Imprimer 

Et si on reparlait de l'église

Charbonnières et ses églises

Dans les années 50/60, alors que la station s’efforçait de rétablir dans l’après-guerre sa notoriété d’antan, la municipalité demanda à un cabinet d’architectes d’établir un "audit" sur la situation de l’église qui avait maintenant dépassé son demi-siècle et dont on ne semblait guère s’être soucié depuis sa naissance.

Ce rapport ne provoqua sans doute pas trop de surprise chez les "anciens" qui se souvenaient encore de sa construction laborieuse, par contre les édiles actuels furent quelque peu étonnés d’apprendre que leur église se composait en réalité de deux églises de style différent juxtaposées : l’ancienne, qui présentait quelques éléments de style roman faisant remonter sa construction au 13ème siècle, et la nouvelle bâtie en 1900 dans le style pseudo gothique du temps.

Mais les vestiges de l’ancienne étaient rares, et les transformations successives apportées au porche et au mur pignon avaient supprimé tous ces caractères et lui enlevaient tout intérêt. Ne présentant plus aucun caractère historique et son état de vétusté devenant critique, le rapport préconisait sa démolition, d’autant plus qu’elle réduisait considérablement la surface de la place et masquait un bon tiers de la façade de la mairie.

La nouvelle, qui devait comporter un clocher et une tribune, ne fut jamais dotée de ces deux parties, sa construction s’arrêta à la deuxième travée de la grande nef. Du fait de cet arrêt dans la construction et de la juxtaposition des deux bâtiments, il résulta que l’ancien se trouvait un mètre plus bas que le nouveau et que leurs axes longitudinaux se trouvaient décalés de 2 mètres 60.

Pour tenir compte de la situation exposée par le rapport, l’architecte réalisa une étude visant au triple but d’agrandir la place, de dégager la façade de la mairie, de doter l’église d’un clocher et d’une tribune, avec le souci d’harmoniser autant que possible l’aspect extérieur des deux bâtiments.

Le projet prévoyait la construction du clocher et des bas côtés en béton de gravier ; la tribune, en liaison avec le clocher, répartie sur deux niveaux, pourrait accueillir 150 personnes, elle serait accessible aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur de l’église par deux escaliers de béton de 33 marches, réparties en trois volées et trois paliers.

Pour limiter le coût, les travaux seraient d’une grande simplicité, provisoirement les bétons seraient laissés bruts de décoffrage, les enduits intérieurs et le parement de pierres extérieur seraient reportés à plus tard, en fonction des possibilités financières. Et pour éviter tout décalage par suite de tassements éventuels entre les deux églises, un joint de dilatation serait prévu.

Pour conclure, l’architecte pensait que la meilleure solution était la démolition et la reconstruction de la partie ancienne, ce qui épargnerait des frais d’entretien très importants dans cette ancienne partie tout en stabilisant la plus récente.

C’est finalement ce programme qui fut réalisé, au moins dans ses grandes lignes en 1956/1957, qui donna à notre église l’aspect que nous lui connaissons.

Téléchargement Télécharger le document "Charbonnières et ses églises"